Le jeu vidéo sur le radar technologique

Il y a quelques mois le chiffre d’affaire des ventes de jeux vidéos dans le monde a dépassé celui des DVD et Blu-ray. C’est bien entendu un signal important en ce qui concerne l’industrie des loisirs. Un tel déplacement économique souligne l’arrivée à pleine maturité d’un secteur considéré il y a encore quelques années comme une niche à l’avenir incertain…

Il y a quelques mois le chiffre d’affaire des ventes de jeux vidéos dans le monde a dépassé celui des DVD et Blu-ray.

C’est bien entendu un signal important en ce qui concerne l’industrie des loisirs. Un tel déplacement économique souligne l’arrivée à pleine maturité d’un secteur considéré il y a encore quelques années comme une niche à l’avenir incertain. Dans cette mutation, le jeu vidéo devient logiquement une source d’innovation technologique prépondérante. En juin dernier au salon de l’E3, Microsoft l’a démontré en présentant son projet Natal. Une avancée significative qui permettra d’interagir directement avec une console de jeu, qui reconnaîtra le joueur, analysera ses comportements et agira en conséquence :

De son côté Nathalie Kosciusko-Morizet, notre secrétaire d’État chargée de l’économie numérique, montre aussi son intérêt pour une activité issue du jeu vidéo : le « Serious Gaming ». Il s’agit d’utiliser le jeu vidéo comme support à la pédagogie ou à la simulation d’activité professionnelle. Depuis les premiers simulateurs militaires ou civils en aéronautiques, de nombreux secteurs ont expérimenté avec plus ou moins de succès le Serious Gaming. Simulation d’entretien, travail universitaire, négociation commerciale, cours de langues… ou formation d’infirmières en bloc opératoire.

Si cet axe de développement du jeu vidéo semble encore chercher un créneau porteur et de la traction auprès des professionnels, il est certain que le gouvernement français est prêt à le soutenir. La secrétaire précise bien :

Il s’agit de soutenir deux secteurs de pointe qui ont la capacité d’accélérer la transformation de l’économie française par un effet de diffusion.

Avec un appel à projets lancé le 27 mai doté de 20 millions d’euros et suppléé de commandes publiques à hauteur de 20 millions supplémentaires, il va être difficile de ne pas y croire.

Nous ne parlons plus là de revenus virtuels, mais bien de revenus réels :

Et en complément quelques liens complémentaires sur le Serious Gaming :

Author: Philippe

After obtaining a PhD in biotechnologies, and working in a medical diagnostic startup, Philippe Méda has managed teams and companies in the medical and pharmaceutical industries for over fifteen years. Following an MBA in 2007 Philippe founded Merkapt, a consulting agency in charge of co-piloting innovation for startups and large multinationals, in Europe, and Asia. Since then he has been training 200 to 300 startups a year, consulted for dozens of multinationals on rupture innovation or corporate incubation, and was directly involved in more than 150 startups building their market fit and scaling up their business. Philippe also teaches innovation and business model design in key MBA programs in Paris and Shanghai and is now living in Amsterdam.

Comments are closed.