43.117 / LIFT10

Deux manifestations du numérique à ne pas manquer dans le sud cet été. La première a lieu le 4 juin et est une première pour la région toulonnaise. Il s’agit de 43.117. Patrick VALVERDE et Catherine FEKRANE de TVT avec qui j’en ai discuté hier, tiennent bien à préciser que c’est une manifestation des acteurs du multimédia et du numérique à Toulon, et non pas des acteurs de Toulon. Le message est clair : on décloisonne et on ouvre grand les portes aux acteurs de Nice, Aix, Marseille, …  La journée promet d’être stimulante avec le programme que vous pouvez consulté ici. Continue reading “43.117 / LIFT10”

Les outils du diagnostic stratégique : le PESTEL

Voici le premier d’une petite série d’articles sur les outils utilisés de façon courante en diagnostic stratégique. Le but sera en priorité d’illustrer l’intérêt de ces outils, plus que d’expliquer dans le détail leur utilisation. Pour nous échauffer nous allons parler de l’analyse PEST ou PESTEL. Cette analyse recense les risques et opportunités que l’entreprise peut voir surgir dans son environnement au travers de quelques grandes forces structurantes : la politique, l’économie, le social, la technologie, l’environnement et la législation.

Continue reading “Les outils du diagnostic stratégique : le PESTEL”

Priceless : le mythe du juste prix

Nous avons déjà parlé dans ce blog est dans plusieurs formations, de la façon de réfléchir au prix de commercialisation d’un produit innovant. Cette problématique est l’un des éléments fondateurs de la structuration financière d’une startup par exemple, et de sa levée de fonds. Continue reading “Priceless : le mythe du juste prix”

Ne vous inquiétez pas que l’on puisse voler vos idées !

Ceux qui me lisent ou avec qui je travaille, savent que en ce moment je m’occupe de plusieurs levées de fonds pour des startups technologiques. Le sujet de la confidentialité sur des projets souvent très originaux est toujours l’un des premiers abordés. De ce point de vue la citation de Howard Aiken (l’un des pionniers visionnaires de l’informatique chez IBM dans les années 40), résume bien ma pensée :

Don’t worry about other people stealing your ideas. If your ideas are any good, you’ll have  to ram them down people’s throats.

C’est-à-dire : Ne vous inquiétez pas que l’on puisse voler vos idées. Si elles ont quelque chose de bon, vous aurez du mal à les faire avaler aux gens ! Contre-intuitif ? Provocateur ? Certainement pas. Objectivement ce ne sont pas les bonnes idées qui manquent pour créer des business intéressants. Le mythe du bon créneau que personne n’a “vu” est assez creux de mon point de vue. Cette bonne idée que vous avez en tête, je suis prêt à parier que des centaines de personnes l’ont eu avant vous.

Le problème est par contre assez simple : qui va s’en saisir et en faire quelque chose que d’autres vont comprendre, adopter et acheter ? Il va sans dire qu’en tant que conseil, je m’astreins toujours à une extrême discrétion sur les projets de mes clients (NDA ou pas). Mais j’avoue que c’est réellement pour préserver leur confort psychologique.

However beautiful the strategy, you should occasionally look at the result

Cette citation de Sir Winston CHURCHILL :

Aussi belle que soit la stratégie, vous devriez de temps en temps en regarder le résultat.

… Est systématiquement celle que j’ai en tête depuis quelques semaines. Participant à de nombreuses levées de fonds avec des startups, ou des entreprises plus avancées, nous devons manipuler beaucoup d’hypothèses : quelle va être la taille du marché pour un produit qui n’existe pas encore ? Quelle va être le temps de développement d’une nouvelle technologie ? Quand le coeur du marché va t’il être atteint ? Etc. Et manifestement ces hypothèses ne sont pas les plus importantes, dans un business plan. Ce qui est réellement en jeu c’est comment et quand vont-elles être vérifiables. Quels vont donc être les points de contrôles de la stratégie.

Or, la plupart du temps, les entrepreneurs restent uniquement focalisés sur la construction de scénarios “vendables”. Ils réalisent assez mal, que l’intérêt de ces scénarios est surtout de présenter ces points de contrôles. Ce sont eux qui permettront avec des échéances définies de s’adapter à la réalité, de réorienter à temps les efforts des équipes et d’engager son marché avec efficacité.

Un business plan doit donc être avant tout régulièrement balisé d’étapes de contrôles, d’objectifs clefs (des “milestones”), qui soient lisibles par les équipes et les investisseurs.

Le tableau de bord de l’innovation 2009

La sous-direction de la prospective, des études économiques et de l’évaluation, la direction générale du trésor et de la politique économique (DGTPE), l’Insee et l’INPI, publient depuis quelques années un tableau de bord annuel faisant une photo de l’innovation en France. Je dois dire que ce type de rapport est toujours passionnant à lire quand on s’intéresse un tant soit peu au monde de la T/PME, mais d’une façon assez bizarre. C’est un peu lire un compte-rendu des derniers jeux olympiques d’hiver, qui ne tiendrait compte que des sports individuels. Si l’on aime les sports d’hiver cela reste intéressant, mais aussi extrêmement frustrant…

La sous-direction de la prospective, des études économiques et de l’évaluation, la direction générale du trésor et de la politique économique (DGTPE), l’Insee et l’INPI, publient depuis quelques années un tableau de bord annuel faisant une photo de l’innovation en France. Je dois dire que ce type de rapport est toujours passionnant à lire quand on s’intéresse un tant soit peu au monde de la T/PME, mais d’une façon assez bizarre. C’est un peu lire un compte-rendu des derniers jeux olympiques d’hiver, qui ne tiendrait compte que des sports individuels. Si l’on aime les sports d’hiver cela reste intéressant, mais aussi extrêmement frustrant. Continue reading “Le tableau de bord de l’innovation 2009”

Ne mangez jamais seul – Keith Ferrazzi

Je viens de recevoir “Never Eat Alone” (ne mangez jamais seul), un livre très anglo-saxon dans l’esprit mais fort intéressant pour tous les entrepreneurs. Il s’agit d’un manuel pratique de networking, expliquant quelles sont les diverses méthodes qui permettent de créer autour de soi une communauté, des partenariats et de créer des opportunités…

Je viens de recevoir “Never Eat Alone” (ne mangez jamais seul), un livre très anglo-saxon dans l’esprit mais fort intéressant pour tous les entrepreneurs. Il s’agit d’un manuel pratique de networking, expliquant quelles sont les diverses méthodes qui permettent de créer autour de soi une communauté, des partenariats et de créer des opportunités.

Ce qui m’avait assez intéressé en lisant le quatrième de couverture c’était l’approche ouverte de l’auteur sur le networking. Soyons honnêtes : à combien de soirées, de déjeuners ou de petit-déjeuners professionnels avant-nous participé, en nous heurtant à des petits groupes centrés sur eux-mêmes et n’allant jamais vers les nouveaux venus ? Que ce soit à Lyon, Paris ou Marseille, les mêmes freins sont présents : plutôt que d’élargir spontanément leur cercle, les habitués viennent uniquement retrouver leurs propres contacts. Et vous l’aurez tous constaté, c’est même parfois une attitude franchement territoriale…

Or ce livre expose de nombreuses règles que je trouve très saines, en particulier sur la valeur du partage dans le networking, l’importance de servir de relais aux autres et de faciliter les mises en contact autour de vous, de faire sans attendre de retour direct, d’utiliser toutes les occasions pour tisser des liens (d’où le “ne jamais manger seul”), etc.

Bref, une lecture stimulante et rafraichissante pour tous ceux qui comme moi doivent passer beaucoup de temps à travailler en réseau, sans être instinctivement capables d’aller discuter de la pluie et du beau temps avec n’importe qui… Ce qui me fait penser que je devrais finalement arriver à participer au prochain Open Café à La Boate à Marseille le 23 février : j’espère vous y voir !

Les taxis sont-ils solubles dans l’open innovation ?

Nous pourrions rêver à ce que donnerait une consultation ouverte sur la gestion des taxis dans le centre de nos villes, que ce soit à Lyon, Paris ou Marseille. La ville de New York a elle, ouvert le débat avec l’initiative Taxi of Tomorrow. Chaque type d’acteur de l’écosystème des taxis de la ville peut ainsi faire progresser la réflexion globale. On trouve sur le site des réflexions catégorielles : passagers, conducteurs, propriétaires, constructeurs, cyclistes, visiteurs, …

Nous pourrions rêver à ce que donnerait une consultation ouverte sur la gestion des taxis dans le centre de nos villes, que ce soit à Lyon, Paris ou Marseille. La ville de New York a elle, ouvert le débat avec l’initiative Taxi of Tomorrow. Chaque type d’acteur de l’écosystème des taxis de la ville peut ainsi faire progresser la réflexion globale. On trouve sur le site des réflexions catégorielles : passagers, conducteurs, propriétaires, constructeurs, cyclistes, visiteurs, etc.

Une initiative à suivre. Même si nous n’imaginons qu’elle puisse être reproduite dans notre pays (les routes seraient bloquées pour moins que cela), nous pourrions peut être nous demander  ce que la démarche apporterait à l’organisation de Marseille 2013