Pourquoi Apple doit perdre son procès contre Samsung

Vous avez probablement suivi de façon partielle le choc juridique entre Apple et Samsung, le premier accusant le second d’avoir volé sa propriété intellectuelle et le design de ses produits. On dira ce que l’on voudra d’Apple, mais il est vrai que Samsung ne brille ni par son intelligence, ni par sa vision dans l’affaire.

Jugez par vous même de l’évolution de la gamme Samsung avant…

samsung vs iphone 1 - merkapt

Et après l’iPhone en 2007 :

samsung vs iphone 2 - merkapt

Pire, voici l’actualité du fabriquant coréen, très fier du lancement de son nouveau projet cet été… Un réseau de “Samsung Store” :

Samsung Store - merkapt

J’imagine que cela aussi vous rappelle quelque chose ?

Samsung Store - merkapt

Quand nous sommes à ce niveau de désespoir, on peut même se surprendre à féliciter Microsoft d’avoir su (au moins) changer les couleurs des polos de ses équipes de vendeurs :

Microsoft Store - merkapt

Et quand je parle de désespoir, ce procès en Californie aura permis de réaliser à quel point un géant comme Samsung a été remis violemment en question dans sa compréhension du marché en 2007. La violence a été telle, que la seule solution qu’il y a eu a été de simplement adopter à l’aveugle tout ce qu’Apple faisait en surface. Un mémo de l’équipe de design interne de Samsung a ainsi été publié, montrant cela de façon littérale. Si vous avez quelques minutes pour le parcourir, c’est stupéfiant :

Ceci étant, Apple doit tout de même perdre son procès.

Si jamais l’entreprise californienne est victorieuse (et Samsung c’est indubitablement comporté d’une façon parfaitement imbécile), nous allons alors dans un monde où la protection de tout et n’importe quoi va s’accélérer.  Doit-on vraiment être capable de protéger l’arrondit et la couleur d’un icône, ou un geste multi-touch ? Si ces règles du jeu avaient été établies et appliquée il y a des dizaines d’années, devrions nous toujours payer quelque chose à Ford pour avoir inventé la façon dont nos portières de voitures s’ouvrent ? Qui serait propriétaire de la forme ronde à 2, 3 ou 4 branches de nos volants de voiture ?

Mieux que cela, quelle serait la famille industrielle qui aurait pu se prévaloir de l’invention de la forme et de l’interaction associée au bouton ci-dessous ?

on off bouton merkapt

L’univers qui se dessinerait à l’issue de ce procès pourrait pour longtemps entériner une privatisation extrémiste de toute forme d’idée. Un monde tous droits réservés laissant libre cours aux “patents trolls”, que pourtant Apple souhaite pourchasser pour protéger ses développeurs sur l’App Store.  Un univers dans lequel le Steve Jobs des années 80 ne pourrait piller les idées de Xerox pour les réinventer plus tard à sa sauce :

[testimonial from=”Steve Jobs, 1994″]It comes down to trying to expose yourself to the best things humans have done, and then try to bring those things in to what you are doing. I mean, Picasso had a saying “Good artist copy, great artists steal”. And we have been always shameless about stealing great ideas…[/testimonial]

Edit 1 : Et bien comme l’on pouvait s’y attendre, Apple a bien gagné. Les remous vont être considérables dans l’écosystème Android et ailleurs. Et les deux brevets qui ont le plus porté ont été le “bounce back” (quand une image est trop zoomé elle “rebondit” à sa place) et le défilement avec deux doigts. Je vous laisse jauger le ridicule de tout cela : 

Et pendant ce temps, Samsung gagne son procès contre Apple en Corée (ben voyons…) 

Edit 2 : Un article du magazine Wired partageant largement ce point de vue

Author: Philippe

After obtaining a PhD in biotechnologies, and working in a medical diagnostic startup, Philippe Méda has managed teams and companies in the medical and pharmaceutical industries for over fifteen years. Following an MBA in 2007 Philippe founded Merkapt, a consulting agency in charge of co-piloting innovation for startups and large multinationals, in Europe, and Asia. Since then he has been training 200 to 300 startups a year, consulted for dozens of multinationals on rupture innovation or corporate incubation, and was directly involved in more than 150 startups building their market fit and scaling up their business. Philippe also teaches innovation and business model design in key MBA programs in Paris and Shanghai and is now living in Amsterdam.

Comments are closed.